Interview d’un expatrié en Thailande

L’histoire d’un expat en thailande

 

Bonjour Laurent,

 

Peux tu te présenter et nous dire ce que tu fais dans la vie?

 

Bonjour Stefan, j’ai 48 ans (un ancêtre ?) et j’ai été Professeur d’Informatique Industrielle (BTS et Université) pendant 19 ans en France. Autant dire que je fais parti des dinosaures de l’informatique ayant du suivre et enseigner ce domaine au fur et à mesure de son évolution que ce soit de la conception de cartes électroniques, de programmes en assembleur, en langages évolués à l’administration de réseaux et ces dernières années à la conception de sites web.

 

 

En juillet 2006 je suis venu pour la première fois en Thaïlande pour un séjour de 2 mois. A mon retour je n’avais plus qu’une obsession, y retourner ! Pendant 4 ans j’ai étudié et recherché les différentes possibilités pour m’y expatrier, analysé les opportunités d’emploi en Thaïlande, découvert  la législation, les us et coutumes…

Puis en Mai 2010, j’ai quitté la fonction publique pour m’expatrier enfin en Thaïlande, d’abord pour apprendre le Thaï (essentiel pour m’adapter à mon nouveau pays) bien qu’on puisse parfaitement se débrouiller à Bangkok et autres spots thaïlandais en pratiquant l’anglais international (le « Globish ») tel que dans les séjours linguistiques…!

Ayant décidé professionnellement de ne plus dépendre d’un patron ou d’une institution, j’ai décidé d’exploiter mes qualités de pédagogues et mon expérience dans la rédaction de rapports et mémoires. J’ai encadré tellement d’étudiants dans cette activité au cours de ma carrière, et été jury suffisamment d’années, qu’il m’est apparu évident que je pouvais mettre à profit les qualités issues de cette expérience en rédigeant et publiant mes guides.

  

Mais quels guides ? Des cours de programmation ? Des tutoriels de logiciels ? L’un est trop limité comme marché, l’autre trop concurrentiel pour réussir à se démarquer même en faisant de la qualité… J’ai donc rédigé un guide sur le marché de l’emploi en Thaïlande, secteur sur lequel j’avais collecté une multitude d’informations au cours de ces dernières années et dont on ne trouvait aucune littérature suffisamment complète.

  

Tous ceux qui ont créé des guides savent que les maisons d’édition sont « gourmandes » en commission pour produire et distribuer nos ouvrages (lorsqu’ils sont retenus !!!). C’est donc tout naturellement que j’ai décidé de bâtir mon propre canal de promotion et de distribution de mon guide (et de ceux à venir) en créant le blog expatriation-en-thailande.com tout en m’initiant progressivement en parallèle au  webmarketing et au copywriting.

 

Donc pour en revenir à l’essence de ta question, hormis maintenir à jour régulièrement mon « guide », je fais essentiellement de la recherche rédactionnelle que ce soit culturel ou pratique pour mon blog afin d’apporter une collection d’informations aux expatriés et futurs expatriés en Thaïlande, sans oublier les lecteurs qui préparent leur venue « touristique » dans le Royaume.

 

Pourquoi as tu choisi la Thaïlande pour t’expatrier?

 

Il y a plus de 20 ans je rêvais de contrée nordique, de Scandinavie. J’ai eu l’occasion à deux reprises dans ma vie de visiter le Danemark, la Norvège, la Suède… Puis je suis rentré dans le monde du travail, en temps que fonctionnaire. Le Ministère m’avait demandé où je souhaitais être affecté, et j’avais demandé le quart Sud-Est de la France sur une ligne Genève-Bastia. La réponse fut : « Strasbourg ou Poitiers !!!! » .

Voulant vivre et travailler dans le Sud, j’ai fait en sorte à coups de mutations de me rapprocher puis arriver à m’installer sur la Cote d’Azur au gré des années. J’ai toujours mis la qualité de vie dans mes préoccupations au détriment des opportunités professionnelles.

 

La qualité de vie, la sécurité, le sentiment de liberté se dégradant au fur et à mesure en France métropolitaine, j’envisageais de poursuivre ma recherche de « soleil » vers des destinations toujours plus au Sud. J’avais visité la Guadeloupe, et ma nouvelle marotte me dictait de rechercher un poste aux Antilles ou Tahiti. Puis comme je te l’ai dit plus haut, en 2006 j’ai découvert la Thaïlande. Et là le coup de foudre !

 

J’ai de suite été conquis par la vie cosmopolite que l’on trouve à Bangkok. J’ai immédiatement apprécié de côtoyer des personnes de toute nationalité, de se rendre compte du plaisir que l’on pouvait ressentir à communiquer avec des gens de tout horizon quelque soit la race, la religion, la nationalité… Le partage d’opinions, de points de vue, m’est devenu indispensable tant cet enrichissement intellectuel qu’apporte cette diversité de population est un don en soi.

 

Il est évident qu’il y a d’autres villes aussi cosmopolites que Bangkok dans le monde, mais le fait d’être dans un pays majoritairement Bouddhiste, fait que ces échanges se font en toute sérénité, sans heurts, sans accrochages… On ne verra pas en Thaïlande deux personnes « se prendre la tête » pour un sujet fut-il futile ou plus sérieux.

Les étrangers, surtout ceux qui ont fait le choix de s’y expatrier, s’adaptent très rapidement à cette mentalité très asiatique consistant à ne pas faire perdre la face à l’autre, à ne pas hausser le ton (ex : râler) car cela stresse notre environnement sans apporter de réponse en soi… C’est en quelque sorte, pour reprendre deux expressions thaïes, le « Jai yen yen » (cœur froid froid) qui se résume en français à « garder son sang froid », et le « Mai pen rai » qui s’emploie en de multiples circonstances « c’est pas grave », « c’est rien », « de rien »… Bref des expressions qui désamorcent tout conflit et facilitent la vie en société !

 

 

La gentillesse et le sourire des Thaïlandais n’est pas une légende, et s’apprécie chaque jour. Même s’il est plus réservé à Bangkok que dans le reste du Royaume, il permet de se sentir déstressé, de se sentir en sécurité.

J’aime à citer l’exemple du métro à Bangkok en comparaison de celui de Paris. On ne ressent jamais d’angoisse à l’emprunter quelque soit l’heure du jour ou de la nuit. On n’y voit pas de tags ou autres graffitis qui délabreraient les lieux ou les trains (l’idée même n’effleureraient pas le Thaïs). Il n’y a aucune mendicité agressive, pas de brouhaha, les gens sont auto disciplinés pour entrer et sortir dans les wagons du métro, pour emprunter les escalators… J’irais même à dire que c’est un havre de paix dans une ville aussi bruyante que Bangkok… ! C’est simple les parents laissent leurs enfants l’emprunter seuls pour se rendre à l’école !!!


Tu l’auras bien compris le coté humain a été primordial dans le choix de ce pays.

 

Comptes-tu y rester toute ta vie?

 

Je pense que oui ! Seul un conflit politique ou un racisme anti-étranger pourrait me faire quitter le pays, mais ce n’est pas dans l’état d’esprit thaï.

Je suis arrivé en Thaïlande en plein conflit entre les chemises rouges et le gouvernement. Mon hôtel était à 100 mètres des échanges de coups de feu entre l’armée et les opposants. Ceux sont les chauffeurs de « motobike » qui m’ont agrippé pour me mettre à l’abri, et pourtant ils sont apparentés aux chemises rouges !!! Chaque jour aux infos télévisées, le Ministère de l’Intérieur donnait , en personne, aussi des informations en ANGLAIS à destination des touristes et expatriés, afin de nous rassurer en nous précisant que nous n’étions nullement la cible du conflit et qu’il nous recommandait d’aller vers les stations balnéaires le temps qu’il règle le conflit à Bangkok ! Essaye d’imaginer la même chose en France, le Ministre de l’Intérieur venir au TF1 20h, et parler en ANGLAIS en personne pour donner des nouvelles aux touristes et expatriés qui se trouveraient sur le sol français lors d’un événement équivalent !!!

Les papiers administratifs sont-ils difficiles à avoir?

 OUI les visas sont simples à avoir, particulièrement le
visa étudiant en Thaïlande
, il suffit de respecter les règles et la liste de documents demandés pour que tout se passe correctement. Tu entendras toujours des Français râler ou d’autres étrangers à ce sujet là ! Ils oublient qu’ils ne sont pas dans leur pays, qu’il y a d’autres règles et lois qu’il suffit d’appliquer et respecter, et tout se passe sans difficultés !

Il y en a toujours, particulièrement ceux qui sont imprégné de l’état d’esprit latin, qui pense s’en sortir en « négociant », « voulant trouver un arrangement »… A ceux là, alors c’est à leurs risques et périls !!! Les Thaïs ne tergiversent pas, tu es le bienvenue dans le Royaume si tu respectes les règles, dans le cas contraire direction la prison, tu payes les amendes et expulsion vers ton pays à tes frais !!! Seuls ceux qui ont les moyens de se prendre un bon avocat pourront éviter l’expulsion, mais n’échapperont pas à la prison, aux amendes… !

  

J’ai encore le cas d’un ami de longue date, installé dans la banlieue de Pattaya. Il avait fait un mariage en blanc (donc payé !!) pour avoir un visa « familly ». Il tenait un restaurant officieusement, mais officiellement au nom de sa femme. Son crime, atroce, impardonnable, il a encaissé un client et lui a rendu la monnaie. Problème, des policiers en civils ont vu la scène ! Était-ce une dénonciation ? Toutefois est-il qu’ils étaient là pour constater ce FLAGRANT délit… Résultat des courses, petit séjour en prison, amendes et expulsion !

Pourquoi n’a-t-il pas créé une société, fait une demande de permis de travail ? Pourquoi n’avait-il pas un « cashier » ? On peut créer des sociétés en Thaïlande, et bien entendu des restaurants, du moment que l’on fournit des emplois à la main d’œuvre thaïlandaise ! Alors respectons les règles et tout ira bien !

Il est d’ailleurs intéressant de souligner à l’inverse, la difficulté qu’a un Thaï qui voudrait obtenir un visa touristique pour se rendre en France. Même s’il respecte les règles, les documents demandés par l’Ambassade de France, et c’est écrit en toutes lettres « le service des visas n’a pas à se justifier en cas de refus… ». Nombreux sont les Thaïs qui ont jeté l’éponge après maintes tentatives de demandes de visa !

 

Voir la fin de l’interview dans la partie 2

 

D’autres détails sur l’expatriation ici 

 

crabetan

Fan de voyage, j'ai déjà vécu l'expatriation avec le Visa Vacances travail en Australie où j'ai exercé une dizaine d'emplois, dans ce blog, je vous conseille pour travailler et voyager en même temps

3 pensées sur “Interview d’un expatrié en Thailande

  • 1 août 2012 à 15 h 37 min
    Permalink

    Pour un français, ça peut être en effet intéressant de vivre en Thaïlande. Avantage fiscal, comme pas d’impôts, vote, budgets et travailler,…

    ps : pas de liens commerciaux

    Répondre
  • 14 janvier 2013 à 16 h 25 min
    Permalink

    Bonjour, à chaque lecture d’articles ou d’interviews sur les expatriés, je n’ai qu’une seule envie, partir aussi ! Mais pour l’instant je suis un peu coincée et avec des enfants c’est toujours un peu plus compliqué. Mais allez savoir ce que l’avenir nous réserve, alors pour l’instant rêvons de Thaïlande et autres contrées merveilleuses.

    Répondre
  • 16 septembre 2014 à 16 h 04 min
    Permalink

    Article de découverte tres important.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *