Travailler au Chili

Travailler au Chili quand on est étranger

 

Bonjour, je suis Mathieu, j’ai 27 ans et je me suis passionné pour le Chili depuis 2010. J’y consacre un blog, www.chilivoyages.com, dans lequel, je donne des conseils par mon expérience et vous guide dans la préparation de voyage.1-Mathieu

Travailler au Chili est une expérience enrichissante pour un étranger. Bien préparer votre projet est primordial pour qu’il soit réussi.

A quels jobs pouvez-vous prétendre ? Et si vous choisissez d’être salarié au Chili ? Un étranger peut-il démarrer une activité en indépendant ? Quelles sont les démarches pour travailler au Chili ?

Pour vous aider à trouver votre voie, découvrez les possibilités qui vous sont offertes et ce qui vous attend du monde du travail au Chili.

 

Les petit boulots au Chili

Trouver des jobs d’appoints permet de répondre ponctuellement à une forte demande, c’est le cas dans le tourisme par exemple. Vous pouvez travailler aussi bien pour de très courtes périodes que pour plus longtemps en renouvelant les contrats si tel est votre choix.

Il serait théoriquement plus facile de dégotter un petit boulot dans le sens il y a moins la  notion d’engagement. Si on a plus besoin de vous, le contrat n’est pas renouvelé. En pratique, ce n’est pas toujours vrai car les administrations seront moins enclines à vous aider pour vous intégrer dans la société si ce n’est pas pour de nombreuses années.

2-I need a job

Il y a cependant des jobs où vous aurez un avantage par rapport aux chiliens, comme celui d’enseigner le français. Vous mettrez votre culture à profit, la demande est bien présente. Les acteurs du tourisme, gérants d’hôtels et de restaurants savent bien que parler plusieurs langues représente un atout pour leur activité. D’une manière générale, les chiliens ont conscience qu’être bilingue ou trilingue leur ouvrira des portes pour leur carrière.

Pour enseigner les langues de manière générale, il n’est pas nécessaire d’être parfaitement bilingue en espagnol. En étant natif d’un pays francophone, la concurrence sera plus faible.

On ne remettra pas en cause votre accent et vos connaissances : vous êtes la personne parfaite. Si vos clients ne sont pas satisfaits des cours que vous dispensez, ils arrêteront tout de suite. Ce non-engagement incite bien évidement à démarrer une relation avec vous.

Pourquoi pas ne pas même proposer un cours gratuit pour montrer que vous êtes le professeur dont ils ont besoin ? Dans ce contexte, à vous de mettre les chances de votre côté pour prospérer.

Si cela vous intéresse, je vous invite à lire l’expérience de Anne, qui pendant 10 mois, s’est orientée à enseigner le français et l’anglais au Chili.

 

Devenir salarié d’une entreprise au Chili

 

Les diplômes au Chili

Les chiliens accordent une grande importance aux diplômes. Pour ceux qui ont fait des études supérieures, 5 années après le bac est la règle, Vos diplômes étrangers doivent être validés au Chili pour valoir ce que de droit.

Un diplôme délivré par une grande école définit votre niveau, sous-entend combien vous avez payé pour étudier, donc dévoile votre classe sociale, et jusqu’à cibler votre éducation. Vous êtes déjà catalogué avant d’avoir dit un mot à l’entretien. Cela semble peut-être exagéré mais ce qui est à retenir, c’est qu’il est capital d’avoir bien étudié et longtemps pour décrocher un “bon” emploi au Chili.

3-tours en construction à Santiago

Les tours poussent comme des champignons à Santiago du Chili

 

Connaissances linguistiques

Il est grandement recommandé de parler espagnol, et pour votre culture connaître les spécificités chiliennes de la langue. Un problème de communication peut s’avérer très péjorant pour vous, et donc pour l’entreprise si elle vous embauche. Après ce n’est pas éliminatoire, selon le job recherché, vos autres compétences pourront satisfaire votre patron.

 

Les entretiens d’embauche

Devenir salarié, c’est se plier au long et fastidieux processus du recrutement. Vous passerez plusieurs entretiens avec le service de recrutement et/ou le patron. Ce n’est pas parce que vous allez plusieurs fois en rendez-vous que vous allez être retenu pour le poste.

4-travail ordi

Relancez par des appels téléphoniques, les entreprises pour montrer que vous existez toujours : votre motivation est la clé. C’est d’ailleurs bien l’une des principales qualités que recherche un employeur.

 

Le recrutement d’un étranger au Chili

Point positif, recrutez un étranger peut jouer dans certains cas en votre faveur pour trouver un job. La France jouit d’une belle image et vous pouvez apporter quelque de chose de supplémentaire par rapport à un chilien (ce n’est pas systématiquement vrai, bien entendu).

Point négatif, les démarches d’un employeur sont plus fastidieuses pour embaucher un étranger qu’un chilien : il va falloir se démarquer, soit par vos compétences, soit par votre expérience, pour qu’il ait envie de collaborer avec vous.

 

L’attitude de l’employé de bureau

Les relations entre collègues sont très importantes. Ils sont à mon avis beaucoup plus proches entre eux au Chili que nous le sommes en France. Si vous trouvez que vous passez déjà plus de temps avec vos collègues de travail qu’avec votre femme, au Chili, ce sera pire !

5-dessin costard

D’abord parce que la durée de travail hebdomadaire est de 45 heures (c’est mieux que les 48h avant 2005), mais aussi parce qu’il n’est pas rare que compagnons de travail sortent et se fréquentent en dehors des horaires de bureau. Vous êtes prévenus : ne passez pas pour un associable !

 

Les conditions sociales

Le salaire minimum est d’environ 300€, pour un revenu moyen par habitant situé autour des 800€. C’est plus que dans d’autres pays d’Amérique latine comme au Pérou. Il existe une forte immigration péruvienne au Chili, en quête de conditions de vie meilleures.

Les chiliens ont droit à 3 semaines de congés payés par an, auxquels s’ajoutent 2 jours appelés “administratifs”, soit un total de 17 jours.

L’âge de retraite, si vous décidez de vivre de nombreuses années au Chili, est situé entre 60 et 65 ans. A noter que votre pension sera minime et qu’il vaut mieux capitaliser le plus tôt possible pour se mettre à l’abri financièrement.

En effet, être salarié et bien payé n’est pas vraiment aisé, sans oublier l’inconvénient d’avoir un boss. Il va de soi que travailler au Chili comme salarié vous apportera une riche expérience, mais pourrez-vous accepter les règles de votre nouveau pays d’accueil ?

Quelques sites pour effectuer des recherches de travail :

http://acciontrabajo.cl/

http://www.computrabajo.cl/

http://empleos.emol.com/

http://sitios.cl/

6-lustreur de chaussures

A 0,60€ le lustrage de chaussures, il va falloir frotter !

 

Travailler au Chili comme indépendant

Je comprends mieux maintenant pourquoi la plupart des  francophones expatriés que j’ai rencontrés au Chili ont monté leur business. Entreprendre devient alors une solution face aux dures conditions du salariat. Vous pouvez ouvrir un restaurant ou une boulangerie (la gastronomie française a la cote).

Vivre du tourisme peut aussi se révéler une bonne niche, le secteur n’est pas encore très bien développé et il est en pleine expansion. Il est intéressant d’acheter son affaire maintenant, parce que le prix du foncier ne fait que monter, c’est donc intéressant pour l’avenir.

N’oubliez pas de soigner vos relations avec vos associés et partenaires en affaire. Discutez de tout et de rien avant de parler business. Vous aurez des gens plus ouverts et le courant passera forcément mieux.

 

Quelles démarches administratives pour travailler au Chili ?

Le plus facile pour l’obtention de papiers autorisant le travail et la résidence à long terme, c’est d’être marié à une personne de nationalité chilienne. Cela ne concerne bien évidement qu’une minorité de voyageurs.

Pour tous les autres, demandez un visa long séjour avant de partir. Même s’il est toujours possible de faire les démarches sur place, il est fortement recommandé d’obtenir son visa avant d’arriver au Chili, question de facilité. Adressez- vous auprès du consulat général du Chili en France.

Une fois que vous avez trouvé votre employeur, vous devrez demander un “Sujeto a contracto”, valable pour une durée maximale de 2 ans. Il doit y être mentionné votre patron car ce contrat de travail ne permet de toucher un salaire seulement qu’avec ce dernier. Au Chili, c’est le Departamento Extranjería y Migración (service des étrangers et de l’immigration) qui s’occupera de régulariser votre situation.

Pour les indépendants, il n’est pas possible de monter son entreprise si vous ne vous associez pas avec un chilien ou si vous n’avez pas le statut de résident (il s’obtient après un certain temps passé au Chili). Notez qu’un résident est considéré comme chilien, donc il est possible de s’associer avec un étranger déjà résident.

Selon votre activité, les investisseurs ou commerçants peuvent demander un visa temporaire leur permettant d’exercer en toute légalité.

Une fois en règle, l’administration vous délivrera un numéro RUT, qui sera votre identité sous forme numéraire. Ce numéro est indispensable pour ouvrir un compte bancaire par exemple, il vous sera souvent demandé pour vous identifier.

 

Préparez votre voyage au Chili

Travailler à l’étranger vous apportera une expérience culturelle enrichissante et c’est aussi bon pour votre CV. Selon votre profil et votre projet professionnel, vous prendrez le statut qui vous conviendra le mieux.

Avant d’arriver au Chili, informez-vous sur votre destination pour éviter les mauvaises surprises et savoir où vous mettez les pieds ! Je vous invite à lire mon guide gratuit, aussi bien pour préparer votre voyage au Chili que de découvrir la culture chilienne.

Il y a aussi un livre intéressant à lire : Vivre et travailler au Chili

 

Un grand merci pour l’invitation sur ton blog Stefan !

 

Mathieu Guillouzo

Pour d’autres informations sur le Chili: consultez de Matthieu et le site officiel du Chili

Et vous? Serez-vous tenté pour travailler au Chili?

crabetan

Fan de voyage, j'ai déjà vécu l'expatriation avec le Visa Vacances travail en Australie où j'ai exercé une dizaine d'emplois, dans ce blog, je vous conseille pour travailler et voyager en même temps

11 pensées sur “Travailler au Chili

  • 23 juillet 2014 à 16 h 08 min
    Permalink

    l’idée de travailler un jour dans un des pays de l’Amérique latine me semble très motivante surtout des pays qui n’ont pas trop de violence et leurs niveau de vie permet une vie stable comme le Chili qui est bien présenté sur cet article.

    Répondre
  • 4 septembre 2014 à 19 h 36 min
    Permalink

    j’adore travailler dans un pays étranger, cela pourra m’offrir une expérience unique à part le coté professionnel, y’aura le coté culturel et touristique ce qui me permet de bien profiter et de travailler dans un environnement motivant et loin du stresse et de la routine!

    Répondre
  • 12 septembre 2014 à 18 h 30 min
    Permalink

    Travailler au Chili ou un des pays de l’Amérique latine pourrait absolument être une expérience à ne pas manquer ! je pense que je vais bien réfléchir de commencer bientôt les cours d’espagnol ça pourrais beaucoup m’aider très prochainement 🙂

    Répondre
  • 20 septembre 2014 à 13 h 36 min
    Permalink

    La nationalité chilienne peut-elle s’obtenir facilement? Au bout de combien de temps généralement?
    La chili est un pays fascinant et en voie incroyable de développement, c’est pourquoi les gens s’y intéressent de plus en plus pour y travailler!
    Merci pour l’article.

    Répondre
  • Ping : Travailler en voyageant | Pearltrees

  • 2 février 2016 à 20 h 10 min
    Permalink

    bonjour, j’ai 22ans et je suis actuellement a la recherche d’un emploi au chili, j’aurai souhaité savoir si tu avais des plans ou bien des propositions a me faire!

    Répondre
    • 6 février 2016 à 7 h 38 min
      Permalink

      Je n’ai pas de plans mais il est plus facile de trouver dans les villes touristiques dans les hotels car ils ont besoin de main d’oeuvre trilingue espagnol, français et anglais

      Répondre
  • 20 septembre 2017 à 13 h 23 min
    Permalink

    l’idée de travailler à l’étranger dans un pays comme le Chili c’est pas une une bonne idée car le niveau de vie de ces pays de l’Amérique latine est bas Par rapport au pays européennes mais l’idée de voyager à Chili et Mexique c’est magnifique 🙂

    Répondre
      • 27 novembre 2017 à 19 h 07 min
        Permalink

        Je pense pas que le Chili ça peut être l’équivalent de l’Italie car ne sont pas le même niveau économique. aussi l’Italie se concentre beaucoup sur le tourisme comme les villes de Rome, Milano et surtout Venise presque chaque année 20 Million touriste.

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *